design graphique de la signalétique du bâtiment

Musée de l'Orangerie

Phase concours, Paris, septembre 2013 / concours infructueux


© Elodie Stephan et Amélie Lebleu

Le musée de l’Orangerie est installé au cœur de Paris à proximité de la place de la Concorde, dans le jardin des Tuileries, et il longe la Seine. L’œuvre phare du musée, Les Nymphéas de Claude Monet est une invitation au voyage et une ode à la nature, tels les estampes japonaises et les haïkus, courts poèmes inspirés des saisons.
Le projet trouve sa justesse en faisant un parallèle entre les ambiances contemplatives des Nymphéas et le kakémono traditionnel japonais. Ce format vertical allongé, dans sa répétition, constitue un format horizontal, rappellant ainsi celui des Nymphéas. Les éléments signalétiques suspendus suggèrent alors une sensation de flottement et de légèreté que l’on retrouve dans l’œuvre de Claude Monet.
Entre minéral et végétal, le projet signalétique relie le musée au jardin, les œuvres au bâtiment, par une intervention douce et naturelle. Il prend place dans le bâtiment comme un élément intemporel, laissant l’architecture respirer tout en guidant les visiteurs durant leur «voyage». Un respect du bâtiment et des matériaux utilisés guide la démarche afin de concevoir une signalétique responsable face à l’économie du projet et à l’environnement – projet entièrement écocertifié.
Le musée et sa signalétique accueille tous les visiteurs –habitués, visiteurs occasionnels, visiteurs étrangers, visiteurs handicapés– et leurs sont accessibles. Des pictogrammes accompagnent les informations textuelles et un champ lexical approprié adoucit les messages. Souhaiter la «bienvenue», dire «au revoir», sont autant d’éléments qui invite le visiteur dans un univers onirique.

en collaboration avec Elodie Stephan
maîtrise d'ouvrage : Établissement public des musées d'Orsay et de l'Orangerie
typographie : l'Univers

+ de projets :

> Musée de Lodève
> Bibliothèque nationale de France

+ d'images de ce projet :